La pratique, à la vie à la mort !!!

Je le précise à chacun des « cours », je ne me considère pas comme un professeur de yoga !

Je ne suis pas détenteur de vérités, de choses « justes » ou « vraies », de mouvements justes…

Au mieux, j’arrive à vous mettre en contact avec votre seul professeur qui soit,

VOUS-MÊME !!!

J’invite donc chacun que je croise à remettre en question ce que je propose, voire à faire l’inverse, la moitié, le tiers, le retourner dans tous les sens…

Non par opposition, mais pour que le corps trouve sa juste place dans les propositions que je suggère, s'il en est une...

Alors une voie, une évidence s’installe en vous, et c’est votre « maitre » intérieur qui commence à vous guider…

S'abandonner à ce mouvement, le coller, lui laisser prendre toute la place avec patience, persévérance…jusqu'à à ce qu’il nous absorbe totalement…c’est aussi plonger et se fondre dans l’Unique…

Cela nous ramène à une évidente humilité, réaliser que nous ne sommes pas maitres à bord, notre corps, comme le font tous les organismes vivants, réalise des milliers d’opérations pour se maintenir en vie…celles-ci sont engrammées dans nos cellules.

L’homme invente des méthodes, des techniques incroyablement sophistiquées pour optimiser, maitriser, conquérir, ce qui est déjà magnifiquement et inégalablement bien orchestré…en lui…

Il lui suffit juste d’être disponible à cela…

Chaque jour nous nous remplissons d’objectifs, de pensées, d’émotions…de choses à faire et qui écrasent complètement cette vie Naturelle…Alors que notre corps nous propose d’éclairer l’extérieur au rythme de l’intérieur…

Le Silence intérieur peut écouter le bruit extérieur, si stridents soient-ils, la respiration organique subtile peut supporter une respiration superficielle plus saccadée, plus fonctionnelle lors d’une forte émotion, d’une activité intense…

Chaque posture de yoga, chaque tension physique, chaque émotion inconfortable, chaque pensée…sont autant d’entrainement pour débrancher la mécanique des automatismes externes…et revenir à cet ambiance organique comme grille de lecture.

Il y a juste à apprendre à se calibrer, se connecter à l’univers intérieur qui Vit, qui Pulse, qui Vibre, qui coule...le seul hic est que ca demande, du temps, beaucoup de temps...

L’observer, l’écouter, le suivre inconditionnellement…jusqu’à être absorbé…et s’y fondre.. .

Puis vivre à partir de cette ambiance…que ce soit elle qui irradie la vie extérieure…

Pas besoin d’en faire une méthode, un chemin, un outil, un dogme, une école, une voie…

C’est juste la, brut, naturel, spontané, organique et à portée de main...

Bonne écoute..

iceberg yoga.jpeg

OUI l’asana ( la posture) n’est que la partie visible du Yoga!!!

La pratique asanique du yoga ainsi que les pitreries que je vous partage doivent être uniquement vus comme la partie visible de l’Iceberg, la vitrine, la carte et non le territoire…

Le yoga serait justement la partie invisible, immergée, intraduisible, incommensurable, infinie, impalpable, silencieuse…de ces asanas…

 

Aller se frotter à des formes posturales « extrêmes » n’est pas pour obtenir des likes et préparer les Jeux olympiques du Yoga…



C’est justement aller gratter cette partie invisible, s’enfoncer un peu plus dans les étages de ce continent invisible, ces terres « hostiles », pas accessibles, ou la route semble barrée par les raideurs, les incapacités apparentes…

Quiconque a déjà cheminé dans la montagne, la forêt, a vécu maintes fois cet appel du hors chemin, aller fouler ces zones non tracées, pour découvrir le plaisir de découvrir une vue différente, une nature plus retirée, peut être surprendre une vie retirée, un animal qui se sait à l’abri du chemin…

Alors à l’appel de ce non connu, deux attitudes sont possibles, soit rester sur le chemin balisé, soit se laisser happer par ces « interdits »…

Vous l’avez compris que je fais partie de ces oiseaux étranges qui se laissent totalement aspirer par ces « sens-interdits »…

Voilà en quoi consistent ces sorties de routes folkloriques, elles n’ont aucun intérêt en soi, autre que celui d’aller se promener dans nos zones fermées…de s’y émerveiller…

Parfois il y a pas besoin de voyager très loin pour découvrir des trésors…notre corps en décèle par milliers…

Avec la réalisation après coup qu’au final chaque limite, chaque sens interdit, chaque peur… est une invitation à l’exploration…

Aller à l’encontre de ces zones est en fait une ouverture à Soi, au Mystère, et quelque part au Divin…comme si c’était des portes qui avaient été habilement placées en nous pour que nous osions les pousser…

Tout ce qu’on y découvre nous dépasse, nous le recevons, sans chercher à le coloniser, à l’exploiter, à le maitriser…

Si les postures vous interpellent c’est sans doute parce qu’une partie de vous, de votre corps, ressent cet appel d’aller explorer les zones complexes, fermées, cachées, étroites, « interdites »…

Alors les amis amusez-vous avec vos limitations

252310800_1056534818436868_1414310563040115224_n.jpeg

Sujet proposé par Muriel Adaptersonyoga: Quelle a été votre dernière révélation en pratiquant le yoga?

https://adaptersonyoga.com/

Du déclic au non-déclic…la loi de l’absorption !

Et bien voilà le genre de sujet qui semble m’être interdit. Il semblerait que je ne reçoive jamais de « révélation » du style « ça y est j’ai enfin compris » !


Ma pratique est constituée autour de centaines, de milliers voir plus même, de répétitions.
Chaque répétition étant revisitée avec une certaine fraicheur., une ouverture...


Cependant le coté froid, froid mécanique, robotisé de la répétition, tant décrié par certains, à juste titre, présente un grand intérêt!

Il me permet de moins « consommer d’attention », ce qui assez rapidement me permet soit d’aller porter mon attention sur un autre point insuffisamment éclairé, soit revenir à une attention fondue dans l’ensemble du corps…voire plus facilement absorbé dans l’arrière plan.

Donc il y a des compréhensions qui se font, bien sûr, mais tellement imperceptiblement, au fil des répétitions…

Quand je travaille sur un détail alors je vais m’y atteler, séance après séance, je vais tellement devenir intime, m'y immerger…au point que ça devienne comme une porte ouverte, un paysage à observer, comprendre, écouter…et pas après pas je m’y « perds ».

Si bien que je n’ai jamais l’impression de me dire ça y est J’AI enfin compris le truc.


Sans doute des choses se font mais je n’ai pas cette sensation de « déclic » soudain…les choses s’intègrent, se font en progressivité, lentement…

Peut être aussi que je ne vise le corporel que pour le plaisir du retour dans le fameux arrière plan…et que ce dernier installe dans une évidence globale qui avale chaque petite avancée "corporelle".

Chaque « avancée technique » est intégrée, moulée dans cette Présence qui s’évase et se fond dans une sensation tellement plus vaste…qu’au final je ressens presque l’inverse…la non maitrise, ou une maîtrise qui se pilote d'elle-même...


Trouver une optimisation globale qui s'auto-maitriserait, et dont j'aurais juste à ne pas trop déformer en y installant une Présence éclairée mais non volontaire!

Les détails techniques qui me démangent, et il y en a un paquet, par exemple en équilibre sur les mains, comment polir la bosse à l’arrière des épaules, ou polir la lordose lombaire, et donc trouver les ajustements, les vivre de plus en plus intensément…ils sont de vrais chemins que je visite à l’infini…

Et bien à un moment ils disparaissent…comme s’il y avait un non-déclic, à savoir l’inverse, quand la région est installée, ou éclairée, et bien elle se fond dans l’ensemble et ne démange plus l’attention, elle prend discrètement sa place ! Presque elle disparaît…


Au début de ma pratique je fonctionnais beaucoup à coups de déclics, je voulais tout saisir, point par point…puis au final j’en perdais le liant.


Aujourd’hui je suis plus intéressé par l’intégration globale, harmonieuse liant toutes les dimensions des postures , dpour arriver à ce Silence comme mouvement d’ integration :


La visualisation, la justesse biomécanique, le souffle, l’intention, la Présence…et tout cela se fait d’un mouvement grossier vers quelque chose de plus en plus subtil, léger fin…si bien qu’il se trouve discrètement installé dans le TOUT.

Au point que je n’ai même plus l’impression d’en être l’auteur, juste un réceptacle ouvert pour accueillir…

Suffisamment s’effacer pour laisser les choses se déployer harmonieusement.


Le yoga que j'explore serait donc ce chemin très instable, voire escarpé entre Présence et effacement...
de temps en temps il semble se produire un équilibre, mais il est reçu et non volontaire...la volonté proposant systèmatiquement une cadre trop mental...
La justesse serait un cadeau tombant du Ciel, un entre deux ou le mental est à la fois présent et effacé...
Sans doute ce qui nous connecte au Grand Mystère...


 

redeviens terre.jpeg

Re-deviens Terre !

Que tes racines soient ton chemin,

Plonge dans le sol,

laisse toi embarquer dans tes galeries souterraines,

Avec fermeté, foi et dévotion, abandonnes toi à cette descente dans le sol,

Rentre au plus profond, au point de n’être que ce mouvement, cet aller simple,

A un moment tout le reste disparaît,Intimement, organiquement Tu deviens Terre,Tu re-deviens Terre…

Ce retour à la Terre est un R-appel inscrit dans nos cellules,

Cet acte d’humilité n’est qu’un retour à cet élément ( Humus) qui nous habite

Chacune de nos cellules porte la Terre,Sans aucun autre calcul,

Deviens Terre,Alors, peut-être, tu recevras ce fabuleux cadeau,

La Terre va t’offrir le plus beau des retours…

Elle va te réinjecter tout ce que tu lui as offert,

Et par une Grâce qui ne nous appartient pas,

Elle va t’offrir l’ascension, la verticalité, l’envol vers le Ciel,

Mais ne le recherche pas, reçois le avec humilité,Chaque jour, chaque instant, contente toi d’être Terre…